Accueil > Jeux vidéos > Si Diablo m’était « compté »…

Si Diablo m’était « compté »…

Alors que les irréductibles Hack & Slashers continuent de tailler en quatre des déchus ou des zélotes fanatiques dans l’espoir de ramasser des objets de grande valeur, le petit monde de Diablo III commence doucement mais sûrement à se fissurer. La colère gronde et certains se demandent bien pourquoi.

Retour sur un phénomène assez décrié dans la presse en ligne.

* * *

Qui ne connaît pas Diablo ? Le jeu créé par Blizzard est de ceux qui intriguent ou passionnent : Alors que la guerre fait rage entre les démons et les anges, les trois démons majeurs Diablo, Baal et Méphisto sont bannis de leur monde par les démons mineurs et sont envoyés sur « Sanctuaire », le monde des Hommes. Enfermé dans des pierres magiques, Diablo se réveillera et sera défait (Diablo I), avant de revenir à la vie, en sauvant au passage les miches de ses deux congénères, et de remourir lamentablement avec Baal et Méphisto (Diablo II).

Diablo III commence quand, bizarrement, une météorite tombe sur la cathédrale, déjà ancienne, de Tristram (le pauvre petit village qui subit, épisode après épisode, les pires maux de Sanctuaire).

Bref, sans rentrer dans les détails, on retiendra simplement que l’histoire est plutôt bien fournie. Du premier jeu au troisième, on découvre, grimoire après grimoire, vidéo après vidéo, la triste histoire des Hommes qui ont eu le malheur d’être confrontés, directement ou indirectement, au seigneur Diablo… On comprend comment ce dernier s’est échappé la première fois (Diablo I) et quels ont été les tenants et les aboutissants de son épopée diabolique jusqu’en enfer (Diablo II).

Une belle réussite qui a d’ailleurs poussé certains auteurs à se lancer dans l’écriture de romans plutôt bien ficelés.

Beaucoup plus aboutis graphiquement parlant que les deux précédents (et après tout, cela paraît logique, vue l’évolution du monde du jeu vidéo aujourd’hui), Diablo III a voulu innover, par l’introduction d’un certain nombre de mécanismes destinés à empêcher les dérives qui avaient été constatées dans Diablo II. Ce dernier jeu a en effet eu une fin difficile, que j’ai par ailleurs constaté lorsque j’y jouais encore : des logiciels pour gonfler ses stat’, se créer des objets aux caractéristiques multiples et totalement délirantes (tellement délirantes que leurs descriptions dépassaient la plupart du temps le « cadre » laissé par le jeu pour décrire l’objet), des niveaux farfelus où le moindre déchu est remplacé par un Diablo ou par une multitude de rogues en furie (griller un zombie à coup de tonnerre divin et s’apercevoir, derrière la rangée de 10 zombies qui s’effondre, qu’il y en a un bon millier qui attend sagement, ça fait toujours bizarre….) , du troc d’objets à ne plus savoir quoi en faire (le camp de base recouvert du sol au plafond d’objets de « set », c’est-à-dire des objets assez rares normalement pour occuper la plupart des joueurs pendant une bonne centaine d’heures…)… Bref, des choses qui laissaient pensifs. Le jeu devenait ridiculement facile dès lors que, par un procédé généralement interdit par Blizzard, on réussissait à gonfler la puissance de son personnage et de son compagnon, de telle sorte que ce même compagnon pouvait, par un simple coup, tuer n’importe quel boss du jeu sans broncher.

Avec Diablo III, Blizzard a voulu changer les choses.

Finie désormais l’augmentation des stat’ à la manière d’un jeu de rôle, où l’on distribue des points dans les catégories voulues à chaque montée de niveau. Désormais, l’augmentation est automatique. Seules les capacités (non évoluables) se débloquent au fur et à mesure et le seul choix qu’a encore le joueur est de « customiser » ces capacités en choisissant des runes qui se débloquent elles-mêmes en gagnant des niveaux. Les possibilités sont plus restreintes (et il ne faut pas s’en plaindre car cela laisse encore de nombreuses possibilités au joueur) et empêche ce grosbilisme à la limite du ridicule.

Fini aussi le troc sauvage d’objets. Même si les échanges « privés » restent possibles, le symbole de cette police du loot s’appelle désormais « l’hôtel des ventes ». Pour faire simple, on y vend ses objets et, par un système d’enchères, le plus dépensier remporte la vente.

En dehors des déconnexions intempestives, liées la plupart du temps aux serveurs de Blizzard, le problème actuellement visible par nombre de joueurs vient du fait que cet hôtel des ventes, considéré officiellement comme accessoire pour terminer le jeu, est devenu au fil des semaines un élément incontournable pour venir à bout des 4 niveaux de difficulté du jeu (Normal, Cauchemar, Enfer et Armageddon). Diablo III étant un jeu fondé sur la chance (le joueur n’a qu’un certain pourcentage de chance de looter un objet utile), il devient de plus en plus difficile d’avancer dans le jeu, lorsqu’on n’est pas né sous une bonne étoile, sans passer par un petit achat de matériel (via les pièces d’or qu’on a chèrement récupérées dans le jeu).

Beaucoup l’ont bien compris : les hackers spécialisés dans la création de bots (qui iront leur chercher 1 million de PO par heure) ou les spéculateurs, qui ont déplacé le champ de bataille de Tristram à l’hôtel des ventes. Ils achètent, ils revendent avec une plus-value, le tout 15 ou 20 fois de suite pour chaque objet qu’ils visent (en général, ils gèrent plusieurs ventes à la suite grâce, là encore, à des bots spécialement créés pour ça). Tout ceci a nécessairement conduit à une montée absurde des prix qui pourrit le jeu et enferme les joueurs dans une addiction dénoncée par des journalistes férues d’économie : Parce que terminer le jeu, ou tout du moins avancer dans le jeu, est indispensable au bien-être du joueur et que le fait d’avoir un équipement insuffisant pour avancer est source de frustration, ce même joueur va « farmer » (comprenez, ratisser en boucle des stages pour récupérer de l’or et des objets qu’il revendra) jusqu’à obtenir les sommes adéquates pour acheter les objets nécessaires pour son personnage.

A plusieurs millions (voire dizaines de millions) l’objet, nul doute que le joueur devra farmer des jours entiers s’il veut aboutir à quelque chose.

Je parle d’autant plus simplement de la chose, non pas que je sois contre Diablo III (j’y joue moi-même), mais parce qu’il semble quelque peu curieux (même si cela reste profondément logique) que l’aspect économique d’un jeu prenne le pas sur son aspect ludique (car un jeu vidéo est là avant tout pour son côté ludique… Même Sim City, jeu économique par excellence, reste ludique dans sa manière de fonctionner).

Ce phénomène corrosif est l’objet de nombreuses discussions sur les sites officiels (dont le forum Diablo III sur le site de Blizzard) où nombre de joueurs, dégoûtés de la tournure qu’ont pris les choses, déclarent, au risque d’être bannis, le dégoût qu’ils ont désormais pour un jeu qu’ils ont attendu avec impatience et que Blizzard a contribué, selon eux, à détruire à petit feu.

Peu importe qu’ils aient torts ou raisons. L’important est de constater que ce comportement se multiplie et qu’aux nombreuses déconnexions qui ont égrainé les premiers mois de vie de Diablo III, et qui ont valu à Blizzard d’être pointé du doigt par UFC Que Choisir, a succédé une dérive des mécanismes de jeu qui paralyse le monde des gamers.

A ce jour, Blizzard semble ne pas vouloir faire de suite à Diablo III, contrairement à Starcraft II. Peut-être est-ce une bonne chose ? Je trouve personnellement que ce serait dommage, même si beaucoup d’éléments ont été exploités et qu’une boucle semble avoir été bouclée. A vous de juger !

Publicités
Catégories :Jeux vidéos
  1. Flynn Eldariel
    3 août 2012 à 20 h 38 min

    d’après blizzard il n’y aura pas de suite à DIablo au sens ou il n’y aura pas de diablo 4 par contre la licence et le monde de sanctuaire produirons toujours des jeux.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :